Transports au Val Saint-Lambert

Pin It

Un des arguments pour justifier le développement du Val Saint-Lambert est la création d'un nœud de transports en commun. Développer les transports en commun est certes un objectif louable et un outil important pour la transition écologique. Il importe néanmoins de bien cerner le contexte et de tordre le cou à certains canards.

 Plan train Val Saint-Lambert

Le complexe du Val Saint-Lambert (VSL sur l'image) est actuellement très moyennement desservi par les transports en commun. Il existe un arrêt de bus à hauteur du rond-point de la N90, où on trouve les lignes 9 (Seraing-Huy, un bus par heure), 46 et 47 (Jemeppe-Flémalle et région, en tout 2 ou 3 bus par heure, moins de week-end), 49 (Jemeppe-Flémalle, Seraing-Air-pur, 1 bus par heure, rien le week-end) et 91 (Flémalle-Neupré, 4 ou 5 bus par jour, aux heures scolaires et pas le week-end). Il n'y a pas d'accès au train ni au tram, même si certains projets à ce propos méritent qu'on s'y attarde.

La ligne 125a (en vert sur l'image) a été remise en service en grande pompe en 2018 (fort opportunément avant les élections communales d'octobre) et accueille deux trains "S" qui partent de Liège-Guillemins et desservent Ougrée et Seraing (proximité de l'Esplanade de l'Avenir). Il s'agit des lignes S42 et S44 qui ont semble-t-il vocation à faciliter le transport de Seraing vers Liège et retour. Toutefois, comme on le voit sur ce plan du réseau SNCB (mai 2019) ces lignes continuent jusque Flémalle-Grande et offrent donc également une correspondance facile vers Namur.

Géographiquement, le Val Saint-Lambert est un rien éloigné de la ligne 125a, qui traverse la Meuse en peu en aval, à hauteur de l'église Saint-Lambert. Lors de l'ouverture de la liaison avec Liège, la ville de Seraing avait installé un point d'arrêt provisoire sur la ligne 285 (en orange sur l'image) qui prolonge la 125a sur la rive droite. Il s'agit d'une petite ligne de marchandises à simple voie, qui dessert les entreprises situées en amont, jusque Amay où elle s'achève en cul-de-sac. Si les projets de la ville de Seraing d'ouvrir un point d'arrêt au Val Saint-Lambert se concrétisent, il semble donc peu judicieux d'utiliser la ligne 285. Les difficultés de manœuvre pour retourner vers Flémalle et la simple voie ne plaident pas en sa faveur. Un point d'arrêt directement situé sur la ligne 125a semble bien plus facile et attrayant, simplifiant le trajet et maintenant la liaison vers Flémalle.

Notons toutefois que des projets de développement urbain à Flémalle juste derrière le Centre Acier d'Arcelor-Mittal semblent également impliquer la création d'un point d'arrêt à cet endroit. Il paraît difficilement envisageable d'avoir deux points d'arrêt situés à 500m l'un de l'autre. Il faudra donc probablement, à un moment ou un autre, envisager la consolidation des deux points d'arrêt, peut-être avec une passerelle piétonne doublant le pont de chemin de fer. Ceci est un autre débat et on imagine bien que les autorités communales de Seraing et Flémalle auront des débats animés sur le sujet.

plantrain2

Si on imagine un arrêt de train placé judicieusement sur la ligne 125a, probablement aux environs du point vert "SNCB" sur l'image ci-dessus, il semble logique d'utiliser les zones situées face à cet arrêt et menant jusqu'à l'entrée du site du Val Saint-Lambert pour des fonctions de commerces et services, puisqu'elles seront un lieu de transit important. Ces zones (zone A en orange clair, 4,5 ha environ, et zone B en orange foncé, 2,5 ha environ) sont actuellement occupées par une activité industrielle (transport et stockage de matériaux, graviers et cailloux). On image de toute façon que maintenir une activité industrielle de cette nature devant un projet qui se veut un porte-drapeau du redéploiement économique de la ville n'est pas une bonne idée.

Concernant le tram, les choses sont moins claires. Si l'ambition initiale, louable, était de relier Seraing à Herstal, le tracé actuel se limite à Coronmeuse et au stade de Sclessin. La ligne étant située entièrement en rive gauche, on imagine mal comment elle pourrait rejoindre Seraing, sauf à entreprendre la construction extrêmement onéreuse d'un nouveau pont sur la Meuse. L'actuelle majorité à Seraing a indiqué souhaiter réaliser la liaison du tram vers Seraing dès que possible, mais il semble réaliste d'imaginer que cette liaison se fera plutôt vers Jemeppe, en suivant la ligne de train Liège-Namur à travers Sclessin. On voit mal comment le tram, même s'il finit par arriver jusque Jemeppe, pourrait constituer un lien vers le Val Saint-Lambert.

Du point de vue géographique, la zone stratégique à occuper est donc comprise entre le lieu supposé du point d'arrêt SNCB, la Meuse et l'entrée du site du Val Saint-Lambert. Ecarter des logements de plus de 1km de cette zone revient à créer du charroi car on sait qu'au-delà de 1km, les habitants prennent leur voiture pour se déplacer. Et quand ils y sont, ils y restent et ne s'arrêtent pas à la gare. D'ailleurs où garerait-on ces voitures chaque jour, en l'absence de P+R prévu ? Construire des villas de luxe au sud du site (grande paririe hors image vers le sud) ou meme lotir de manière intensive sur la partie sud du site du Val Saint-Lambert est contre-productif. Au-delà de l'ineptie économique de vouloir construire une surface commerciale immense à cet endroit (nous y reviendrons dans d'autres articles), la zone la plus stratégique semble également située en bord de Meuse et pas au cœur du site du Val comme prévu par les plans actuels.

Tous ces éléments nous font plaider, pour les raisons évoquées par les promoteurs eux-mêmes, pour un déplacement de la zone stratégique du site vers le bord de Meuse, ce qui présente le double avantage de préserver un patrimoine naturel incomparable (forêt, zone Natura 2000, nous y reviendrons) et d'être cohérent du point de vue du transport public.

Pin It