Aux arbres citoyens ! — le bilan

Pin It

Le 18 septembre dernier, nous avons donc eu le plaisir de vous rencontrer lors de notre manifestation publique devant le site du Val Saint-Lambert. Quel plaisir de voir un public nombreux et déterminé ! Nous avons eu l'occasion de le dire ce jour-là mais une des choses les plus difficiles lorsqu'on se bat pour la sauvegarde de l'environnement, c'est le sentiment d'être seuls, de manquer de soutien populaire. Cette journée du 18 septembre nous aura certainement prouvé le contraire. Malgré les conditions sanitaires toujours pas idéales, vous étiez plus de 100 à nous rejoindre.

18 septembre, prises de paroleLes prises de parole du Bois du Val (Xavier Spirlet), de Natagora et de Inter Environnement Wallonie (par la voix de Anne Mergelsberg, notre présidente) ont souligné l'importance et la difficulté de préserver la nature aujourd'hui. L'actualité récente et dramatique démontre l'importance de ne pas imperméabiliser davantage les sols. Les rapports récents du GIEC, absolument effrayants, exposent clairement les risques que nous courons en détruisant la nature. Le recul constant de la biodiversité n'est plus à démontrer (même les gouvernements en prennent conscience) et menace directement et gravement notre mode de vie.

Par ailleurs, opposer comme on le fait souvent la sauvegarde de la nature et la sauvegarde de l'économie est inepte. Opposer fin du monde et fin du mois n'a aucun sens dans un monde où nos actions menacent clairement notre existence même en tant qu'espèce. Traiter d'inciviques des citoyens qui veulent sauvegarder la nature au prétexte qu'il est nécessaire de construire des logements n'a strictement aucun sens dans une ville où il existe un nombre incroyable de friches industrielles à réhabiliter. Il est effectivement nécessaire de construire du logement, mais du logement de qualité accessible à la population sérésienne et en améliorant le cadre de vie. Pas construire des maisons pour classes sociales aisées en massacrant des lieux naturels qui constituent la vraie richesse de la ville.

Car c'est là le noeud du problème. En considérant la nature comme une propriété humaine à exploiter, en voyant un arbre comme un tas de billets à découper et à revendre, une prairie comme un espace qui n'attend que d'être bétonné et loti, on se fourvoie complètement sur la naure de notre richesse. Permettre qu'on exploàite la nature de la sorte, c'est autoriser les riches à dilapider le vrai trésor de Seraing : la nature est une richesse en soi et pas en tant que matériau à consommer. Seraing est une des villes les plus vertes de Wallonie, malgré la réputation que lui valent ses friches industrielles polluées. Détruire la nature et ne rien faire pour réhabiliter les friches, c'est consolider cette réputation, c'est salir les Sérésiens, c'est leur mentir en leur promettant de l'emploi et du logement alors qu'il n'y a là que poudre aux yeux et délires de promoteurs.

Fort heureusement, il existe des citoyens concernés et conscients que sauvegarder la nature, ce n'est pas un rève de boy-scout ou de doux babacool. C'est tout simplement sauvegarder notre existence en tant qu'espèce, et c'est considérer que l'argent (qui n'a jamais profité qu'aux riches !) n'est pas la vraie richesse. La vraie richesse, c'est de vivre en harmonie avec notre milieu. C'est un mode de vie, un idéal.

Nous sortons donc remplis d'énergie de cette journée, galvanisés par la rencontre de citoyens concernés et volontaires. Nous le lâcherons jamais rien. Le Bois du Val n'est pas une marchandise à vendre à un promoteur pour faire sa fortune (surtout) et celle des dirigeants politiques (un peu). C'est l'âme de Seraing, sa vraie valeur, et nous serons vigilants pour sa sauvegarde.

Merci à vous tous qui étiez présents ce jour-là et à tous ceux qui n'ont pu être présents mais nous ont témoigné leur soutien (et ils étaient nombreux !).

aac2

 
Pin It